Mois #11 - Sol, une seconde nature.

Voici Sol, une seconde nature. Fondée par la créative et passionnée Sarah Guillemette, ce projet est une ligne de vêtements conçus dans le plus grand respect de notre environnement. L’industrie de la mode étant l’une des plus polluantes au monde, Sarah a voulu fabriquer des vêtements pratiques et confortables autrement. 

Cette femme est non seulement une désigner hors pair, mais une artisane très consciencieuse des dommages du fast-fashion. C’est d’ailleurs suite au visionnement du documentaire « The true cost » que l’idée de créer des pièces zéro déchets a surgit. Ella a pris conscience de l’impact dévastateur de l’industrie de la mode sur l’environnement, mais aussi sur la qualité de vie des gens qui fabriquent les morceaux. En s’informant davantage sur les méthodes de fabrication des tissus et des vêtements, elle a découvert le patron zéro déchet et la teinture végétale. En développant d’avantage cette idée, elle a créée une première mini collection (la voici en images!).

C’est un projet qui me touche particulièrement, car je crois pertinemment que l’avenir réside dans des projets qui incarnent l’éco-responsabilité et qui prônent le développement durable de notre planète et de nos sociétés.

Alors Sol, une seconde nature, c’est la définition même du respect.

« Pas d’employés sous-payés dans des usines mal entretenues à l’autre bout du monde. Pas de tissus faits de pétrole qui produisent des micro-plastiques dans les océans. Pas de teintures chimiques néfastes qui font mourir les ouvriers à trente ans. 

 Juste des vêtements faits comme des pièces de casse-tête (avec les pièces qui s’emboitent les unes à côté des autres) pour éviter de gaspiller des tissus, des fibres naturelles comme le chanvre ou le coton bio et de la teinture végétale faite à la main en petite quantité. C’est tout. Créer une communauté d’individus qui partagent les mêmes valeurs. Rapprocher les gens. Protéger la nature, protéger la vie. »

Sarah a innové en créant sa ligne de vêtement qui respecte complètement ses valeurs. Sol, une seconde nature c’est accessible, pertinent et consciencieux. Pis en plus, c’est juste trop beau.